"Pourquoi les oiseaux meurent" Victor Pouchet

Mis à jour : 12 avr. 2019




« Casting de la couverture » en dernière page du livre : 59 oiseaux avec leurs noms savants !  C’est que Victor Pouchet a un goût, voire une passion pour les bestiaires. Dans ce premier roman, de prime abord déconcertant – « Il avait plu des oiseaux morts », c’est la première phrase du texte -, l’auteur s’embarque sur la Seine pour essayer de comprendre pourquoi les oiseaux meurent et pleuvent dans quelques lieux de Normandie. Il se trouve que son village natal est concerné. Descendre un fleuve pour retourner aux sources… Un paradoxe !

Si l’idée de départ pour l’auteur-narrateur-personnage principal est de mener l’enquête sur ce phénomène qui n’intéresse bizarrement personne, celle-ci se transforme très vite en une quête : en exergue, cette citation de Frédéric Berthet : « Il est infiniment probable qu’on ne meurt pas d’une maladie, d’un accident, voire de vieillesse : je prétends au contraire qu’on meurt de ce qu’on n’a pas vécu ». Alors Victor Pouchet veut vivre… Mais le personnage qui lui ressemble beaucoup, est plein d’incertitudes, d’angoisses même : « Gilles m’avait renvoyé à mon angoisse démesurée. Je me débattais avec elle depuis bien plus longtemps que les oiseaux et avec d’autres questions encore, des peurs d’inexister, le sentiment de piétiner, mais aussi l’espoir mal formulé qu’un jour l’aventure commencerait peut-être. »

On le suit donc dans une série de rencontres, improbables ou surprenantes, banales aussi, qui peu à peu dessinent sa « carte » intérieure et lui donnent quelques clés pour cesser d’avoir « [sa] vie sur le bout de la langue ». Se (re)placer dans le cours de la vie au fur et à mesure qu’il descend le fleuve.

Une sorte d’initiation, certes dans la tradition romanesque du XIX e siècle (que l’auteur connaît bien pour avoir entamé une thèse sur Stendhal, assez vite abandonnée !), mais singulière par sa contemporéanité, la place de l’humour,  la distance que l’auteur parvient à garder malgré le « je ».


Finitude, 2017

©2019 by Tribune liVre(s). Proudly created with Wix.com